Alcool et sport comment concilier ?

C’est un stéréotype plutôt populaire que l’alcool nuirait aux performances sportives. Cependant il existe de nombreuses exceptions à la règle, ce qui attise la curiosité des uns et des autres sur la possibilité d’une éventuelle symbiose entre l’alcool et le sport. Comment peut-on donc concilier alcool et sport ? Petit tour d’horizon sur cette compatibilité sulfureuse.

L’alcool et le sport, toute une histoire

L’alcool et le sport sont des compagnons de très vielle date. C’est une tradition de se divertir divertissement et de réjouissance qui accompagnent la célébration des victoires des sportifs par les supporters et même par les équipes de sports collectif en cas de titre en fin de saisons. Aussi certains sportifs anticonformistes sont des consommateurs invétérés d’alcool en allant à l’encontre des recommandations de leurs médecins. Mais si une chose continue de turlupiner c’est de savoir si le sport et l :’alcool peuvent faire bon ménage.

Les mécanismes enclenchés par l’alcool une fois dans l’organisme

La consommation de l’alcool est omniprésente dans notre société, dans nos cultures. En famille avant un repas il faut prendre l’apéro. D’aucuns préfèrent le vin spiritueux ou sirupeux, d’autres de l’alcool très fort comme la vodka. On peut également décider de se faire livrer un apéro en contactant allo apéro sur visiter le site internet . Pour certains la consommation de la bière est un rituel qu’ils ne manquent aucune occasion de faire, ils en prennent à la pause au travail, à la sortie, au petit magasin du coin etc.

Lorsque l’alcool entre dans le corps de l’individu, il impacte directement la circulation sanguine du consommateur après un bref passage par le foi pour être reconditionné. Après cette transformation, subie les différentes nouvelles formes de l’alcool on chacune un itinéraire bien défini. Une partie est absorbée par les graisses. Une autre partie est orientée vers les organes vascularisés du corps, notamment les muscles et le cerveau.

Si l’alcool ingurgité est en grande quantité le cerveau est sonné et le corps émet les signaux automatiquement. Les symptômes sont connus : l’ivresse, la perte du contrôle de la mobilité de certains muscles et les troubles dans l’exécution des réflexes.

Boire de l’alcool avant ou après le sport

Si la consommation de l’alcool est sujette à de houleux débats sur l’hygiène sportive et la santé des consommateurs certaines personnes ne peuvent plus s’en défaire. Pour ceux-là il faut trouver un équilibre. La réalité des faits est toute autre. Boire de l’alcool avant un effort physique ou sportif impacte négativement les performances du consommateur car cela empiète sur la thermorégulation et accélère la déshydratation. C’est potentiellement un facteur à risque pour la santé du sportif.

En revanche prendre un peu d’alcool après les efforts est beaucoup plus confortable. C’est même une habitude dans beaucoup de communautés. Vu que l’organisme ne fournit plus d’effort pour des performances sportives les risques sont moindres. Le seul hic ici est que la consommation d’alcool après le sport peut ralentir le processus de récupération qui est un aspect important dans un programme sportif.

La compatibilité entre l’alcool est d’un contraste évident. Néanmoins on peut modérer la consommation de l’alcool pour que cela n’impacte pas les performances sportives et la santé des sportifs. Il suffit de savoir s’y prendre et de trouver le juste milieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *